Norman Ross Crosby

Norman Ross Crosby, arrière-grand-père maternel

Voici mon arrière-grand-père maternel, Norman Ross Crosby, fils de Charles James Crosby et d'Annie Dunlop.

 

Norman est né à York (Toronto) le 23 décembre 1889. Norman était le 2e aîné de ses frères et sœurs jumeaux, Charles et Lily, nés 2 ans plus tôt. Norman avait également 3 frères et sœurs plus jeunes, Beatrice, Daisy et Donald (décédés à l'âge de 5 ans).

 

Norman a épousé mon arrière-grand-mère, Margueritte Dorothy Tinsdill le 24 janvier 1911. Norman avait 21 ans et Margueritte en avait 18. Plus tard cette année-là, leur premier fils, Gordon Charles Crosby, est né. L'année suivante, en octobre 1912, leur fille Anne Margueritte Crosby (ma grand-mère maternelle) est née. Un autre enfant, Norman Crosby, est né en 1915 après que Norman se soit porté volontaire pour le service militaire avec le Corps expéditionnaire canadien en Europe.  

 

Norman se porte volontaire pour le service militaire en septembre 1915 et part pour la France. Selon les documents historiques, Norman avait déjà été enrôlé dans la milice volontaire à Toronto, il était donc naturel pour lui de s'inscrire. Il avait un fort sens du patriotisme et a rapidement décidé de laisser sa jeune famille derrière lui et de se battre pour King and Country.

 

 

Au fil des ans, j'ai essayé de trouver plus d'informations sur les mouvements du bataillon de Norman de Toronto vers la France, mais je n'ai pas pu trouver beaucoup d'informations. Je sais qu'il a été affecté à la division « A » du Central Ontarion Regiment of the Canadian Infantry, Canadian Expeditionary Force. Cette division a participé à certaines des batailles les plus infâmes de la Grande Guerre, comme illustré dans l'article suivant (auteur inconnu) :

 

Les Queen's York Rangers - Le 20e bataillon du CEC
Le vingtième bataillon canadien (Central Ontario Regiment)
Corps expéditionnaire canadien
La mobilisation
Le 20e bataillon du CEC a été autorisé par le Conseil privé le 6 août 1914 à servir outre-mer et a été mobilisé le 7 novembre 1914 au parc des expositions de Toronto. Il a été levé par des volontaires des régiments de milice suivants du centre de l'Ontario : 12th York Rangers; 20e fusils Halton ; 23e Pionniers du Nord ; 31e régiment gris ; 34e Régiment de l'Ontario; 35e Forestiers de Simcoe; 36e régiment de Peel ; 37e fusils Dufferin ; 39e fusils Haldimand; 44e Régiment Lincoln et Welland; 77e régiment de Wentworth ; et le 97th Algonquin Rifles.
France et Flandre
À son arrivée en France le 15 septembre 1915, le bataillon est affecté à la 4e Brigade, 2e Division, Corps canadien et reçoit une partie du front sur le saillant d'Ypres, près de Messines. Le devoir de tenir la ligne comprenait : des promenades nocturnes dans le no man's land, des réparations sans fin de câbles et de tranchées, et des bombardements ennemis presque continus. L'hiver de 1915-16 se passa dans une routine de 18 jours au front et 6 jours à l'arrière, tout en luttant contre les poux, le pied de tranchée et les maladies. En mars 1916, des casques d'acier ont été distribués à tous les grades.
Au printemps 1916, le commandant de la 2e armée britannique décide qu'il est indispensable d'éliminer un saillant ennemi près du village de Saint-Éloi. À la suite d'attaques et de contre-attaques, la 4e brigade a tenté de reprendre les cratères d'où la 6e avait été contrainte de se replier. Le 20e bataillon a réussi à reprendre un cratère et l'a maintenu pendant un mois de bombardements concentrés. En un mois, la 4e brigade a subi 1373 pertes.
La Somme
Le 15 septembre 1916, la deuxième division se joignit à l'attaque de la Somme, soutenue pour la première fois par des chars. L'infanterie a capturé trois lignes de tranchées et a atteint ses objectifs finaux en seulement 40 minutes. Les réservoirs, cependant, étaient tombés en panne. Pendant ce temps, le 20e tentait de consolider sa position malgré les tirs de mitrailleuses des deux flancs.
Début octobre, de fortes pluies et une deuxième attaque dans la Somme. Sous de lourds bombardements, le 20e a capturé deux lignes de tranchées au corps à corps, principalement avec des grenades et des baïonnettes. Dans ces deux actions, le 20e a capturé tous leurs objectifs et les a tenus jusqu'à ce qu'ils soient relevés, mais au prix de 111 tués et 319 blessés en seulement trois semaines.
L'hiver 1916-1917 a été consacré à la tenue de différentes parties de la ligne, à des patrouilles et à des raids de tranchées. Un raid particulièrement important a été effectué le matin du 17 janvier 1917. Lors de ce raid, en 90 minutes, le bataillon a fait 57 prisonniers, dont un officier, a capturé une pièce de mortier et détruit 35 abris profonds, deux dépôts de bombes et deux morceaux de mortier. Deux officiers et trente hommes de l'ennemi ont été comptés morts, en plus d'un nombre indéterminé tué à l'intérieur des pirogues. Nos pertes sont de deux officiers blessés, 27 autres militaires tués, 51 blessés et un disparu.
Crête de Vimy
Au printemps de 1917, le Corps canadien se préparait à prendre la crête de Vimy dans le cadre de la bataille d'Arras. La crête était aux mains des Allemands depuis les premiers jours de la guerre et leur offrait une bonne observation sur notre zone arrière, tout en nous refusant une vue sur la vaste plaine de Douai derrière elle. Les Français tentèrent sans succès de prendre la crête en mai 1915. Ils tentèrent à nouveau en septembre 1915, et cette fois arrivèrent jusqu'aux deuxièmes lignes de tranchées. Ces positions ont été consolidées par les Britanniques mais ont été perdues lors des contre-attaques allemandes en mai 1916. Vimy était l'un des points les plus défendus de tout le front occidental.
La deuxième division attaque en direction de Farbus, sur un front initial de 1500 yards et un front final de 2500 yards. La profondeur totale était de 3 500 mètres. L'attaque a eu lieu le 9 avril 1917 avec la 4e brigade à droite, la 5e brigade à gauche, et la 6e et la 13e brigade impériale se déplaçant à travers les brigades de tête pour capturer des objectifs de profondeur. Le 20e bataillon attaqua dans la profondeur droite de la 4e brigade, épongeant l'ennemi encore retranché dans les tranchées et les cratères, faisant des prisonniers et collectant cartes et documents. Lors de l'attaque, le contact est perdu avec les troupes de la 5e brigade sur la gauche, une brèche comblée par la compagnie C de la 20e. Cette compagnie a également capturé un canon de campagne allemand à l'entrée de Thélus.
L'attaque a été un succès complet. Le Corps canadien a capturé toute la crête, une réalisation étonnante que plusieurs membres du haut commandement avaient déclarée impossible, mais qui a prouvé la valeur des troupes canadiennes. Les pertes du 20e Bataillon étaient relativement légères, c'est-à-dire moins d'une centaine, dont seulement six ont été tués. Ce n'était malheureusement pas le cas du Corps canadien dans son ensemble.
Colline 70
Après Vimy, le bataillon a passé l'été dans des exercices d'entraînement intensifs, apprenant les nouveaux principes du feu et du mouvement. Le 15 août 1917, les Canadiens ont commencé leur attaque sur la cote 70, où le Sgt Hobson a reçu sa Croix de Victoria. Ce rapport sans fil allemand du 18 août 1917 a été mentionné par le commandant du corps, le lieutenant-général Sir Arthur Currie, lorsqu'il a visité le bataillon : « En Artois, les Britanniques, par des tirs destructeurs durant quatre semaines, ont transformé les principales positions allemandes zone de trou d'obus comme celle des Flandres... Ils ont engagé l'ensemble de leurs quatre divisions canadiennes. Positions allemandes..."
Passchendaele
Depuis quelque temps, des rumeurs - que l'on espérait fausses - avaient chuchoté qu'un certain nombre d'unités du Corps canadien étaient en route pour Passchendaele. . . . Un matin, le bataillon reçut l'ordre de tomber très rapidement et mystérieusement, sans aucun des préliminaires habituels. Ensuite, le lieutenant-général. Sir Arthur Currie apparut et ordonna aux rangs de se resserrer autour de lui. Il prononça un discours, typiquement bref et précis, disant que bien qu'il ait supplié le commandant en chef d'épargner aux Canadiens l'épreuve de Passchendaele, son plaidoyer avait été refusé parce que la pression sur l'ennemi devait être maintenue. La crête de Passchendaele a dû être capturée, pour des raisons qu'il n'a pas pu divulguer, et pour cette tâche, les Canadiens avaient été choisis.
Les conditions terribles de Passchendaele sont légendaires. Toutes les caractéristiques du paysage ont été complètement effacées, ne laissant que des cratères d'obus remplis d'eau, des tranchées comme des fossés de drainage et de la boue sans fin. Il ne restait presque plus de routes, ni même de terre ferme. Des promenades en planches ont été construites pour rendre le mouvement possible, mais ont été fréquemment détruites dans le bombardement constant de l'artillerie ennemie. Les corps des hommes et des chevaux ont été laissés sans sépulture pour pourrir dans la boue.
Lorsque le bataillon fut enfin relevé, la lutte pour en sortir fut si intense que de nombreux blessés ambulants moururent d'épuisement. "Le souvenir en est encore horrible. Jamais on n'avait connu une telle souffrance générale de bombardements, une activité aérienne de jour comme de nuit, de telles conditions météorologiques et au sol." Le Corps canadien a capturé deux milles carrés à Passchendaele, subissant 16 404 pertes.
Après Passchendaele, le 20e a participé à l'action à Cambrai, puis a passé un hiver relativement calme, tenant des tranchées dans la région de Vimy et patrouillant. L'effondrement de la Russie en novembre 1917 était une mauvaise nouvelle pour les alliés. Les Allemands pouvaient maintenant détourner beaucoup plus de divisions vers le front occidental pour une grande attaque avant que les troupes américaines n'arrivent au front. Lorsque les premières attaques arrivèrent en mars, ce fut désastreux pour les Alliés ; les Britanniques, incapables de tenir bon, sont repoussés presque jusqu'à Amiens. Cet été-là, le 20e relève les troupes britanniques épuisées par la pression constante des Allemands.
Les cent jours du Canada
Au début d'août 1918, les mouvements du 20e bataillon étaient masqués par le secret. Des marches ont été faites la nuit et les ordres de déplacement ont été soudains. Finalement, il a été révélé que l'ensemble du Corps canadien participerait à une contre-attaque près d'Amiens. « Le grand secret avait été bien gardé jusqu'au dernier moment ; les Allemands s'attendraient naturellement à une attaque sur n'importe quel front où ils trouveraient le Corps canadien, qui avait été tenu en réserve pendant les combats de mars.
La bataille d'Amiens a été le tournant de la guerre, le début de la fin pour les puissances centrales. Elle a débuté le 8 août 1918 et son fer de lance était composé du Corps canadien et du Corps australien. Le premier jour, la deuxième division canadienne a avancé de huit milles incroyables. Le deuxième jour, ils ont fait une autre avance de 5000 yards. Ludendorff, le commandant en chef allemand, a qualifié dans ses mémoires le 8 août de « jour noir de l'armée allemande ». Le bataillon a rencontré plus de succès à Arras, plus tard ce même mois. Ces gains, cependant, ont exigé un lourd tribut sur le bataillon; les pertes au cours du mois d'août 1918 s'élevaient à 18 officiers et 563 autres grades.
Alors que les Alliés avaient enfin réussi à gagner du terrain et à prendre de l'élan, les Allemands ont également continué à résister farouchement. Du 10 au 12 octobre 1918, le bataillon se retrouve à exploiter des têtes de pont sur le canal de l'Escaut. En 42 heures de combats presque incessants, 11 officiers et 319 autres soldats ont perdu la vie. C'est ici que le Lt WL Algie a remporté sa Croix de Victoria.
 
Les combats se sont poursuivis dans la Poursuite de Mons jusqu'aux derniers instants de la guerre. Dans les dernières 24 heures avant l'armistice, le bataillon a perdu un officier et 11 autres rangs tués, et 30 autres rangs blessés. Aussi, le 20th capture le dernier prisonnier fait par une unité canadienne, à 10 heures du matin le 11 novembre 1918, à Mons.
Aucune unité canadienne de la Première Guerre mondiale n'a un record de service plus fier. Le 20e Bataillon a remporté un total de 18 honneurs de bataille et 398 décorations et prix, dont deux Croix de Victoria. Pendant toute la guerre, le bataillon n'a jamais été chassé de ses tranchées par l'ennemi, et aucune compagnie, peloton ou section n'a jamais fui le champ de bataille. Au total, 855 officiers et hommes du 20e bataillon sont morts pendant la Première Guerre mondiale. Plus de 60 000 hommes canadiens sont morts pendant la Première Guerre mondiale, un sur onze qui ont servi.
Après l'armistice, le 20th a marché 280 milles de Mons et a traversé le Rhin à Bonn le 13 décembre 1918 avec les drapeaux au vent et les baïonnettes au point, passé en revue par le général Sir Arthur Currie. Ils ont finalement pris leur poste dans le cadre de l'armée d'occupation à Siegburg, à 25 kilomètres au sud-est de Cologne. Le bataillon est retourné en Angleterre le 7 avril 1919 et a reçu les couleurs de SAR le duc de Connaught le 25 avril 1919. Ils ont participé à la Victory Parade of Dominion Troops à Londres le 3 mai et sont partis pour le Canada le 13 mars 1919.
Les 19e et 20e Bataillons sont arrivés à la station nord de Toronto du CP (maintenant la station de métro Summerhill) le 24 mai 1919 et ont défilé jusqu'à une réception officielle au Varsity Stadium : « La police était impuissante à endiguer la ruée des amis et des parents qui attendaient l'arrivée des deux bataillons pendant ce qui sembla des heures sur des heures... Les discours de bienvenue n'ont jamais été prononcés... le bataillon s'est licencié." Le lendemain, le 20e bataillon du CEF est officiellement démobilisé.
À la demande des officiers et des hommes du bataillon, l'unité fut perpétuée en tant qu'unité active de la Milice canadienne sous le nom de West Toronto Regiment le 15 septembre 1921. Le 1er août 1925, le West Toronto Regiment fut fusionné avec le 2e Bataillon, 12th York Rangers pour former les Queen's Rangers. En 1936, le 1st Battalion, 12th York Rangers a fusionné avec les Queen's Rangers pour former les Queen's York Rangers, 1st American Regiment, qui perpétue le 20th Battalion à ce jour.

 

Mon arrière-grand-père a été tué exactement 1 an jour pour jour après son arrivée en France. Il a été tué le 15 septembre 1916 à Courcelette, en France, dans le cadre de la bataille de la Somme. Selon des lettres, des documents gouvernementaux et un témoignage oculaire publiés dans le Toronto Telegram (Toronto Star), il a été tué par un obus allemand, un « whizz-bang » (du nom du bruit émis par l'obus) alors qu'il se trouvait dans une tranchée de communication. Il ne reprit jamais connaissance et mourut et fut enterré quelque part près de Courcelette. En raison du fait que les forces alliées ont perdu cette zone au profit des Allemands avant de la reprendre plus tard dans la guerre, un certain nombre de stèles funéraires ont été détruites, entraînant de nombreuses tombes de soldats « inconnus ». Les plaques d'identité n'étaient pas non plus courantes/obligatoires, car les soldats pensaient qu'elles portaient malheur. Le dernier lieu de repos de mon arrière-grand-père reste inconnu et son nom est inscrit sur le monument commémoratif de la crête de Vimy à plusieurs kilomètres de là, l'un des plus grands monuments commémoratifs à ceux qui ont servi et ont été perdus pendant la Grande Guerre.

 

Norman Crosby death notice, Toronto Star 1916
Norman Ross Crosby childhood photo (1800's, Toronto)
Crosby family, 1916/1917
Vimy Ridge Memorial, Norman Crosby name
Vimy Ridge Memorial, France
Vimy Ridge Memorial