9e duc de Devonshire, Victor Christian William Cavendish

Victor Christian William Cavendish, le 9e duc de Devonshire, était le beau-père de mon 5e cousin, le brigadier honorable George Evan Michael Baillie (de Dochfour).

 

Victor était le fils aîné de Lord Edward Cavendish (qui était le fils du 7e duc de Devonshire) et d'Emma Lascelles. L'oncle de Victor, Sa Grâce le 8e duc de Devonshire, était Spencer Cavendish.

 

Victor a fait ses études à Eton College avant d'être admis au Trinity College de Cambridge en mai 1837. Au cours de ses années à Cambridge, Victor a servi à temps partiel dans le Derby Yeomanry et a été nommé sous-lieutenant en 1890. En septembre 1901, Victor a été promu major dans le Yeomanry et pris sa retraite en 1911.  

 

Victor épousa lady Evelyn FitzMaurice, fille du marquis de Lansdowne, vice-roi des Indes et gouverneur général du Canada, le 30 juillet 1892. Le mariage du couple fut fructueux et ils eurent 7 enfants : Edward, marquis de Hartington; Dame Maud Lousia Emma ; Dame Blanche Katharine ; Dame Dorothée ; Dame Rachel ; Lord Charles Arthur Francis et Lady Anne.

 

Lady Maud Lousia Emma a épousé mon 5e cousin, le brigadier Honorable George Evan Michael Baillie.

 

En mai 1891, le père de Victor, qui siégeait en tant que député du West Derbyshire, est décédé. Victor est entré dans la course pour le siège de son père et a gagné, devenant le plus jeune membre de la Chambre des communes britannique à l'époque.

 

Victor a occupé divers postes politiques au sein du gouvernement britannique pendant 17 ans jusqu'à ce qu'il hérite du duché de son oncle le 24 mars 1908. En devenant le 9e duc de Devonshire, Victor a été disqualifié de député et est entré à la Chambre des Lords britannique. À la mort de son oncle, Victor a également hérité de Chatsworth House à Derby, un monument bien connu qui existe encore à ce jour.

 

Le 8 août 1916, le roi George a nommé Victor gouverneur général du Canada sur la base d'une recommandation qui lui a été faite par le premier ministre britannique de l'époque, HH Asquith. La nomination de Victor au poste de gouverneur général s'est faite sans consultation avec le premier ministre canadien de l'époque, Robert Borden, rompant ainsi la tradition et laissant Borden se sentir personnellement insulté par cette nomination. Cela a immédiatement provoqué des tensions entre le gouverneur général et le premier ministre du Canada.

 

En 1916, il y a eu beaucoup de bouleversements sociaux au Canada dans lesquels Victor est entré : le mouvement pour le suffrage des femmes, des troubles politiques dans les provinces des Prairies et, bien sûr, la Grande Guerre était bien avancée. Le Canada avait fourni des hommes et du matériel pour l'effort de guerre des Alliés et peu de temps après son installation comme gouverneur général, Victor, agissant à la demande du premier ministre Borden, introduisit la conscription (la conscription).

 

La conscription était un mouvement polarisant au Canada à l'époque. Le Canada anglophone a embrassé la conscription tandis que le Canada francophone s'y est fortement opposé. Cela a déclenché la crise de la conscription canadienne de 1917. Sur une note personnelle, je trouve confus que les Canadiens français se soient opposés à la conscription pour aller faire la guerre pour leur ancienne patrie alors que tant de Canadiens anglais ne s'y sont pas opposés.

 

Le 6 décembre 1916, l'explosion d'Halifax (la plus grande explosion artificielle survenue avant la bombe atomique) s'est produite, dévastant Halifax dans le processus. Victor s'est rendu à Halifax pour constater la dévastation par lui-même, a rencontré des survivants et s'est adressé aux dames du Détachement d'aide volontaire.

 

La victoire canadienne décisive à la crête de Vimy en 1917  a alimenté un fort sentiment de nationalisme canadien, permettant à Victor de profiter de la situation et d'encourager la réconciliation entre les Canadiens anglophones et francophones. Il est à noter qu'à tout moment Victor a pris soin de consulter à la fois ses premiers ministres canadien et britannique ainsi que les chefs de l'opposition sur toutes les questions concernant la conscription.

 

À la fin de son mandat de gouverneur général du Canada, les premiers ministres Borden et Meighen en sont venus à lui faire confiance et à le respecter, surmontant leurs soupçons initiaux quant à sa nomination. Ils en sont également venus à considérer Victor comme un de leurs amis personnels, ainsi qu'un ami du Canada.  

 

À son retour en Angleterre, Victor a siégé à la Société des Nations de 1922 à 1924 en tant que secrétaire d'État aux Colonies et a également occupé un siège au Cabinet britannique sous les premiers ministres Andrew Bonar Law et Stanley Baldwin. Pendant son séjour là-bas, Victor s'est fortement opposé aux vues de Lord Delemere, le principal colon blanc au Kenya, et à ses vues pour l'autonomie des blancs. Victor a soutenu la protection des intérêts des Africains.

 

Victor est décédé à Chatsworth House en mai 1938, après avoir laissé sa marque sur l'Empire britannique.